Livraison gratuite partout au Canada à l'achat de 38$ et plus // Cadeau à l'achat de 50$ et plus

Excuse no3: le zéro déchet, ça demande trop de temps !

Au début de mon aventure, je me sentais submergée par tout ce que je devais changer à mes habitudes.

Je voyais tout comme une montagne. En fait, je me disais que ça me prendrait beaucoup trop de temps à gérer. Je venais de mettre le doigt sur la 3e excuse pour ne pas me lancer. Depuis, j’ai compris que le temps, c’est relatif. Examinons quelques mythes au sujet du temps passé à structurer notre mode de vie zéro déchet.

 

Je vais perdre du temps à magasiner à plusieurs endroits

Ce que j’ai réalisé, c’est que tout est une question d’organisation. Si je me dis que samedi est ma journée épicerie, et que je fais le tour de la ville pour dénicher tous les produits au meilleur prix, cela peut me prendre plusieurs heures ! Par contre, si je profite du fait que le Métro est juste à côté de l’école de mon fils, je peux me procurer les articles dont j’ai besoin en allant le chercher en fin d’après-midi. Je peux aussi aller acheter mes fruits et légumes au marché situé à 5 minutes de chez ma mère avant de repartir lorsque je vais la visiter. Cette façon de faire me fait gagner énormément de temps, car j’évite les déplacements.

C’est la même chose avec le zéro déchet ! J’organise mes courses. Par exemple, je fais toujours une grande promenade le matin. Lorsqu’il me manque des produits, je vais marcher un peu plus tard pour arriver à l’ouverture du magasin de vrac près de chez moi. Et voilà !

 

Je vais perdre du temps à cuisiner

Les plats tout préparés, c’est rapide et pratique ! Oui, mais… pas du tout écologique ! Le zéro déchet implique de revenir à une alimentation plus saine, ce qui est une bonne chose, sauf que cela suppose également de cuisiner plus.

Il y a d’autres options, comme recevoir des livraisons de kits repas que nous pouvons commander en ligne. Le principe est intéressant, nous recevons une boîte avec une recette et tout ce dont nous avons besoin, de la moutarde de Dijon aux patates grelots en passant par la purée de tomate. Sauf que… tout arrive dans des sacs et des pots de plastique. Nous ne sommes pas plus avancés.

Encore là, c’est une question d’organisation. Quand j’ai recommencé à faire la cuisine, je paniquais un peu. J’avais l’impression soit de toujours manger la même chose, ou de passer mes soirées à cuisiner. En dehors de cela, je stressais pour l’heure où j’irais faire mes courses, car c’est une des tâches que je déteste le plus au monde.

Maintenant, c’est facile et rapide ; le vendredi, je note les plats que j’aimerais pour la semaine, puis j’inscris ce qui me manque pour les préparer. Le samedi ou le dimanche matin, je vais faire l’épicerie, et chaque jour, je vérifie ma liste de repas et je choisis selon l’envie du moment. Cuisiner est beaucoup plus rapide lorsque j’ai tout à portée de la main et que je sais quoi apprêter !

 

Défi du mois

À la fin du mois de mars, je t’avais proposé de choisir un geste à poser pour réduire tes déchets. Comment cela s’est-il passé pour toi ? Fais-nous-en part dans les commentaires, et pense à une 2e action pour laquelle tu peux t’engager pour les 30 prochains jours.

Prends le temps de faire la transition. En faisant un changement à la fois, en te laissant une certaine période pour l’assimiler, il devient de plus en plus facile, routinier, et rapide !

 

Mélanie Ruel - allezose.ca

Mélanie Ruel est coach personnel, réviseure et auteure d’Allez, ose !, le guide pour traverser le mur de la peur. Son prochain livre, sur la gestion du temps d’écran chez les enfants, sera publié au printemps 2021. Passionnée de la nature, sa mission est d’élever le niveau de conscience et le sentiment d’urgence du plus grand nombre de gens possible pour protéger l’environnement.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés